Le trésor caché

Un mendiant vivait au Népal avec comme seule possession celle d’un bol que lui avait légué son père, qui l’avait lui-même hérité de son propre père. Le mendiant vivait misérablement et ne devait sa survie qu’à la maigre pitance que les gens lui donnait alors qu’il parcourait le pays avec son bol. A la fin de sa vie, il entra dans la maison d’un orfèvre qui lui demanda de lui confier le récipient un instant. Grattant la surface de celui-ci, l’orfèvre découvrit soudain que le bol était en or massif. « Mon cher ami », lui dit-il. « Tu as vécu toute ta vie comme un mendiant en ignorant que tu avais à ta disposition une possession si précieuse ! ». Le malheureux réalisa alors que non seulement lui, mais aussi son père, avait vécu misérablement sans réaliser la puissance du cadeau dont il avait hérité.

Nous avons un cadeau merveilleux à notre disposition. Chacun de nous. Beaucoup vivent comme si ce trésor n’existait pas, acceptant leur situation, se convaincant de l’existence de limites qu’ils se sont fixés eux-mêmes ou qu’ils ont hérité de leur environnement. D’autres le mettent à profit, construisent progressivement leur existence et contribuent à changer celle des autres. Chacun de nous dispose de la capacité intrinsèque de viser et d’atteindre son idéal. D’où vient cette « loi » ? Qu’on l’appelle Dieu, subconscient, Grand Architecte de l’Univers ou autre, cela n’a finalement pas tant d’importance. Il est en revanche crucial de réaliser qu’elle offre à chacun d’entre nous, quelle que soit sa place dans la société, son âge ou son histoire, le même principe créateur qui a permis aux uns d’écrire l’Histoire, aux autres d’être réellement l’auteur de l’histoire de leur vie, reflet de leurs aspirations profondes. C’est en apprenant à maîtriser ce principe que nous le rendons réellement constructeur de notre vie.

L’’océan peut être vu comme une barrière infranchissable, une source de dangers et un symbole de risque incontrôlable; certains marins de Christophe Collomb le voyait comme une étendue infinie dans laquelle ils seraient engloutis dès lors qu’ils s’éloigneraient des côtes qu’ils avaient l’habitude de ne surtout jamais quitter du regard. Mais leur capitaine voyait dans l’océan la route vers un monde nouveau, un chemin capable de les amener là où ils ambitionnaient réellement d’être. Walt Disney, qui a inspiré des générations par sa capacité créatrice, écrivait ainsi : « D’une manière ou d’une autre, je ne peux pas croire qu’il y ait des sommets qui ne puissent être gravis par un homme qui connait les secrets pour transformer les rêves en réalités. Ce secret, il me semble, peut être résumé par les quatre C : Curiosité, Confiance, Courage, Constance, et le plus grand d’entre eux est la confiance. Quand vous croyez en quelque chose, croyez-y jusqu’au bout, totalement et sans question possible ».

Publié par Alain Orsot

Découvrir nos moteurs et comprendre nos freins pour se construire. Auteur de "Reprendre sa vie en main", "En finir avec la crainte de changer", "Les trois clés des bâtisseurs"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :