La vraie valeur des choses

Je suis tombé cette semaine sur un texte que je souhaitais partager ici. Attribués à Steve Jobs quelques jours avant sa disparition, ces mots dont j’ignore s’il ont réellement été prononcés par le fondateur d’Apple, sont un concentré de sagesse et de prise de conscience touchante de la part d’un homme qui, dans les tous derniers instants de sa vie, ouvre les yeux sur ce qui fait la richesse réelle d’un individu. Qu’importe finalement si ces mots ne sont pas les siens, l’essentiel est dans le message.

« J’ai atteint le summum du succès dans le monde des affaires. Dans les yeux des autres, ma vie est une réussite. Cependant, mis à part le travail, j’ai eu peu de joie. En fin de compte, la richesse n’est qu’un fait auquel je me suis habitué.
En ce moment, allongé sur mon lit d’hôpital, et me rappelant toute ma vie, je me rends compte que toute la reconnaissance et la richesse dans laquelle j’ai pris tant de fierté, a pâli et est devenue insignifiante face à la mort imminente.
Vous pouvez employer quelqu’un pour conduire votre voiture ou gagner de l’argent pour vous, mais c’est impossible d’engager quelqu’un pour supporter la maladie et mourir pour vous.
Les choses matérielles perdues peuvent être retrouvées. Mais il y a une chose qui ne peut jamais être trouvée quand elle est perdue – la vie.
Quelle que soit l’étape de la vie à laquelle nous sommes actuellement, avec le temps, nous serons tous confrontés au jour où le rideau se ferme.
Aimez votre famille, votre conjoint et vos amis … Traitez-les bien. Chérissez les.
Au fur et à mesure que nous vieillissons, et devenons plus sages, nous réalisons lentement que porter une montre à 300 $ ou 30 $ – les deux donnent la même heure…
Que nous ayons un portefeuille ou un sac à main de 300 $ ou de 30 $ – le montant à l’intérieur est le même;
Que nous conduisions une voiture à 150 000 $ ou une voiture à 30 000 $, la route et la distance sont les mêmes, et nous arrivons à la même destination.
Que nous buvions une bouteille de vin à 1000 $ ou à 10 $, la gueule de bois est la même.
Que la maison dans laquelle nous vivons mesure 150 ou 1500 mètres carrés – la solitude est la même.
Vous réaliserez que votre véritable bonheur intérieur ne provient pas des choses matérielles de ce monde.
Que vous voyagiez en première classe ou en classe économique, si l’avion tombe en panne, vous tombez avec lui …
Par conséquent .. J’espère que vous vous rendez compte, quand vous avez des amis, des copains et des vieux amis, frères et sœurs, avec qui vous discutez, riez, parlez, chantez, parlez du nord-sud-est ou du ciel et la terre, … C’est le vrai bonheur !!
Un fait incontestable de la vie: n’éduquez pas vos enfants à être riches. Éduquez-les pour être heureux. Ainsi, quand ils grandiront, ils connaîtront la valeur des choses et non leur prix ».

Publié par Alain Orsot

Découvrir nos moteurs et comprendre nos freins pour se construire. Auteur de "Reprendre sa vie en main", "En finir avec la crainte de changer", "Les trois clés des bâtisseurs"

4 commentaires sur « La vraie valeur des choses »

  1. Bonjour,
    Cela n’engage que moi, peu importe qui nous sommes d’où on vient, nous sommes venus dans ce monde pareil et nous quitterons ce monde pareil. Ayons un regard bienveillant, avec beaucoup compassion et de tolérance. Mettons la valeur de la vie humaine au centre de nos intérêts. Arrêtons de se comparer en permanence, d’être juge ou maître. Je pense que nous vivrons avec beaucoup d’humilité et nous quitterons ce monde avec moins de regret.
    M.T

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :